Une série oubliée : DRUID

DRUID  #1-4

Le contexte:

Après l’échec de la série HELLSTORM (arrêt au numéro 21 en dépit d’un succès critique); la direction de MARVEL va demander à la rédactrice MARIE JAVINS de plancher sur un comics mensuel qui continuerait à explorer les personnages mystiques de son univers.

Elle va donc proposer aux deux auteurs WARREN ELLIS et LEONARDO MANCO qui en avaient réalisé les derniers épisodes,  de lancer un comics mensuel reprenant les mêmes thèmes que leur précédente production , à savoir un héros  » mystique  » oublié remis au goût du jour et orienter la série vers de l’horreur pure et du fantastique à défaut de faire du super héros.

Nous sommes en 1995 : WARREN ELLIS, qui a le vent en poupe chez MARVEL (on vient de lui confier la série EXCALIBUR) décide donc de remettre le DOCTOR DRUID sur le devant de la scène. Après accord de la rédaction, ELLIS et MANCO se retrouvent donc pour ce magazine mensuel qui ne durera que ….quatre numéros……

Pourquoi un arrêt aussi brutal ? C’est ce qu’on essayera de déterminer dans les pages qui suivent.

 

Qui est doctor druid ?

LE DOCTOR DRUID est un très vieux personnage de la MARVEL, crée par STAN LEE et JACK KIRBY en 1961, c’est à dire avant la création des FANTASTIC FOUR . On l’a vu pour la première fois dans AMAZING ADVENTURES 1-4 et 6 sous le nom de DOCTOR DROOM avant de disparaître, le magazine devenant dés le numéro 7 AMAZING ADULT FANTASY (celui-là même qui plus tard accueillera le premier épisode de SPIDER MAN).

IL réapparaîtra plus de dix ans plus tard dans HULK, où il sera renommé DOCTOR DRUID pour éviter toute confusion avec le célèbre DOCTOR DOOM !

ANTHONY LUDGATE (qui préfère se faire appeler ANTHONY DRUID pour impressionner son auditoire ) fasciné par  tout ce qui concerne l’occulte. Un beau jour, il décide de se retirer de sa fonction pour se consacrer complètement à cette passion ; il est alors contacté par un Lama Tibétain (qui sera identifié plus tard comme THE ANCIENT ONE, le précepteur et maître du DOCTOR STRANGE) qui a désespérément besoin d’une aide médicale.

Après que LUDGATE ait soigné le LAMA, ce dernier va en récompense ouvrir son esprit et lui permettre d’atteindre certains pouvoirs cachés. Il lui apprendra aussi les arts mystiques pendant un moment.

Le docteur DRUID maîtrise ainsi quelques pouvoirs magiques mineurs, ainsi que l’hypnose et la télépathie à petite échelle.

Il mènera pendant des années des recherches et des enquêtes sur les phénomènes occultes, s’alliant parfois avec les héros BLOODSTONE et MAKKARI des ETERNALS.

Après avoir aidé les vengeurs lors d’une mission contre les MAITRES DU MAL , il rejoindra le célèbre groupe pendant une courte période. En effet, DRUID tombe très rapidement sous l’emprise mentale de RAVONNA (alias NEBULA aussi appelée TERMINATRIX ) et utilise ses pouvoirs pour faire de celui-ci le leader de l’équipe .

Les VENGEURS se rendront rapidement compte de la manipulation et le couple DRUID/RAVONNA va se retrouver perdu dans les limbes !

DRUID réussira à s’échapper, libre de l’influence de NEBULA et rejoindra les VENGEURS , cette fois-ci en tant que réserviste. Rajeuni par la magie, il deviendra même leader des SECRET DEFENDERS avant de se retrouver  à nouveau sous l’emprise d’un démon !

Il sera bien évidemment battu et décidera de se faire passer pour mort avant de se retirer complètement de la vie de super héros.

La mini -série

 

Le premier épisode de la série nous présente un DRUID déprimé et ayant perdu toute confiance :  il n’arrive pas à surmonter tous les échecs qui ont émaillé sa carrière de super héros et se fait passer pour mort, habitant dans un appartement avec quatre autres reclus. Ses assistants (comme il les appellera plus tard) sont tous de jeunes gens fascinés par l’occulte et le mysticisme ; certains prétendent parler aux fantômes, d’autres se disent magiciens mais tous ont un sérieux problème. SCURVE, REDEYES, HEMINGWAY et BABY ICON (qui ressemble beaucoup au départ à l’une des SPIDER WOMEN de la série SANDMAN ) sont des personnages que WARREN ELLIS n’a pas vraiment pris la peine de définir complètement.

Ils servent en fait d’élément surnaturels et bizarres, donnant une touche très VERTIGO dés les premières pages de la série.

L’un d’entre eux va alors réussir à invoquer le diable (sous les traits de DAIMON HELLSTORM) , ce qui doit théoriquement entraîner son sacrifice. DRUID intervient mais essuie une terrible défaite des mains du démon, qui se moque de lui une fois de plus.

Humilié une fois de trop, LUDGATE, au bord du gouffre décide de franchir un cap, de passer outre ses hésitations et ses peurs afin d’assumer pleinement son héritage celte et devenir le dernier DRUIDE sur Terre, disposant des ressources et des expériences de tous les autres druides ayant déjà existé. Son lien étroit avec la planète et ses prédécesseurs font bien évidemment penser au DOCTEUR d’AUTHORITY, que WARREN ELLIS créera plus tard pour la firme WILDSTORM !

Implorant ses dieux, il va alors se transformer et sa métamorphose est assez effrayante : implorant les divinités celtiques sous son chêne sacré à l’intérieur même de son appartement, LUDGATE expulse en une seconde toute sa graisse et son corps se tord et se modifie jusqu’à prendre la forme d’un personnage sombre et inquiétant une créature sombre et inquiétante, à l’instar des personnages très populaires de cette décennie chez MARVEL et IMAGE (le fameux style  » GRIM and GRITTY  » ).

A la différence des autres séries peuplées de personnages griffus et méchants, la série DRUID va développer son côté horreur gore , allant assez loin dans les descriptions visuelles (pas de sceau du COMICS CODE d’ailleurs) ; LEONARDO MANCO s’en donnant  à cœur joie dans les scènes trash et gluantes. On précisera aussi que cette série fait partie de la ligne MARVEL EDGE , composée de magazines sensés être beaucoup plus sombres et violents que la moyenne, avec des héros très noirs et des récits plus matures (DAREDEVIL, GHOST RIDER , PUNISHER, HULK par DAVID et SHARP). Peu de ces histoires ont néanmoins atteint le niveau d’horreur proposé par DRUID ! Il faut dire que toutes n’avaient pas LEONARDO MANCO comme dessinateur et WARREN ELLIS comme scénariste.

Nous ne nous trouvons absolument pas dans une série MARVEL classique et les deux auteurs vont pousser le bouchon encore plus loin avec les numéros qui suivent.

LUDGATE, investi des pouvoirs des anciens druides se révèle être un personnage totalement amoral et sans pitié. Il traite ses assistants comme des moins que rien, n’hésitant pas à les frapper dés la moindre réflexion ou la moindre erreur de leur part, ce qui n’est pas sans rappeler un autre tatoué scénarisé quelques années plus tard par le même WARREN ELLIS,  à savoir SPIDER JERUSALEM dans TRANSMETROPOLITAN : il se comporte exactement de la même manière et on ne serait pas surpris de voir au détour des pages LUDGATE parler à ses  » filthy assistants « .

LUDGATE ira jusqu’à faire flamber un chauffeur de taxi qui l’ennuie de par ses conversations qu’il juge insipides sans ressentir le moindre remords ni la moindre culpabilité.

DRUID a les pouvoirs d’un dieu, mais réfute logiquement cette dénomination, qu’il considère comme un blasphème : il est simplement l’envoyé des dieux et se démarque de la race humaine par ses actions violentes et poussées à l’extrême. On peut même se demander si LUDGATE n’est pas tout simplement devenu fou et raconte n’importe quoi, justifiant ses actes par un fanatisme religieux qui l’arrange somme toute plutôt bien. !

Le personnage étant redéfini, le scénariste doit maintenant introduire le cahier des charges de sa série mensuelle, c’est à dire un carnet de route pour fidéliser les lecteurs. Il va pour cela utiliser trois éléments afin de mettre sa série sur les rails :

–              Afin d’éviter l’écueil du personnage trop puissant (et par définition difficile à mettre en  danger) et de préserver le suspense, ELLIS insère un talon d’Achille dans l’omnipotence de son personnage : ce dernier est en effet victime d’une malédiction appelée GEIS ; un interdit qu’il ne doit pas braver sous peine de déchaîner la colère des divinités Celtiques qui l’ont investi. Afin de pimenter l’histoire, DRUID n’a aucune idée de ce dont il s’agit, le GEIS n’étant pas révélé au druide concerné. Cette très bonne idée va aussi permettre  à  ELLIS (comme on va malheureusement pouvoir s’en rendre compte plus tard)  de conclure en un minimum de temps son histoire, puisque le lecteur ne sait pas non plus quelle est l’interdit qui frappe le héros ! Le scénariste peut donc tout se permettre.

–              Il faut aussi à la série DRUID une trame de base, , et pour cela, ELLIS retourne aux origines du personnage tel qu’il a été défini par LEE et KIRBY : LUDGATE va devenir un enquêteur de l’occulte, spécialisé dans les affaires magiques et venant à l’aide de tous ceux qui auront besoin de ses conseils. C’est encore bien vu, puisque dans la tradition celte, c’est effectivement le rôle d’un druide que d’aider les autres.

–              ELLIS va aussi très rapidement (début de l’épisode 2) installer un suspense constant dans sa série en faisant apparaître aux yeux du héros une vision de mort : une jeune femme en train de laver ses vêtements tâchés de sang dans une rivière (référence à une vieille légende, THE WASHER WOMAN AT THE FORD), qui lui fait comprendre que sa mort est non seulement inévitable, mais aussi très proche. Je ne pense pas  qu’ELLIS avait prévu que cette vision se réaliserait dés le #4.

A la fin du deuxième épisode, HEMINGWAY va ramener à LUDGATE sa première  » cliente « , NEKRA SINCLAIR, une prêtresse de KALI ( déesse de la mort en Inde) qui a besoin de l’aide du druide. Récemment, des hommes blancs , appartenant à un groupe nommé SECOND ASSEMBLY , ont forcé son sanctuaire et dérobé les cadavres qui s’y trouvaient.  Leur but est de construire à partir des morceaux de corps volés une nouvelle divinité ; un dieu pour la fin du XX ème siècle. NEKRA précise aussi à DRUID que la plupart des corps appartiennent à des voleurs, des fous et des bandits, ce qui en dit long sur la ligne de conduite du futur nouveau dieu et les intentions de SECOND ASSEMBLY!

Après avoir introduit les thèmes de la série, ELLIS nous dévoile maintenant le premier grand opposant de son héros : SECOND ASSEMBLY est introduite de manière à devenir le  » méchant récurrent  » , qu’on pourra retrouver dans les premiers arcs. Afin d’étoffer la Némésis de DRUID, ELLIS construit toute une histoire autour de ce culte cannibale qui croit que les connaissances se transmettent à travers les corps et qui dévorent ainsi la chair de tous les artistes, magiciens et autres déments. SECOND ASSEMBLY est en effet une branche dissidente d’un culte beaucoup plus vaste, THE DRY ACADEMY, situé en Sibérie, à TUNGUSKA. NEKRA va expliquer à DRUID le but de l’existence de cette confrérie dés la fin du deuxième épisode. D’après certaines légendes, le monde serait un endroit infernal, tellement rempli de choses horribles que n’importe quel être humain se suiciderait instantanément s’il devait apprendre la vérité et voir le monde tel qu’il est réellement. THE DRY ACADEMY serait en fait tout simplement le pouvoir en place qui maintiendrait l’illusion de notre réalité, cachant la présence des démons et de la décadence de notre monde aux yeux des hommes.

C’est forcément un blasphème pour LUDGATE, qui ne peut accepter le fait que des gens puissent prétendre que le monde ne soit pas comme ses dieux Celtiques l’ont crée. On a donc ici une très forte opposition entre DRUID et l’ACADEMY, qui promettait certainement de grandes batailles entre les deux religions. Le premier arc semble donc se focaliser sur l’une des franges de l’ACADEMY, SECOND ASSEMBLY et son faux dieu. On sent bien que SECOND ASSEMBLY n’est qu’une bataille dans la guerre qui risque bientôt d’opposer DRUID à l’ACADMY.

Cette bataille est le thème du troisième épisode, où à l’issue d’un combat plus que sanguinolent (DRUID utilise son pouvoir de contrôler les forces de la terre afin de faire proliférer les bactéries végétales dans les corps de ses ennemis qui implosent ou de faire brûler le phosphore contenu dans notre organisme ), LUDGATE finira par tuer facilement le chef de l’ASSEMBLY ; lui transperçant la tête d’une pique soudainement apparue dans une porte de bois. DRUID rencontre finalement la créature fabriquée à partir de morceaux de cadavres et discutera avec  elle de DRY ACADEMY ainsi que de sa religion sacrilège avant de la pulvériser en mille morceaux!

Rien ne nous est épargné dans cet épisode, qui enchaîne les scènes de boucherie gore ( la création de la créature est donnée en SPLASH PAGES de matière organique injectée de sang ! )et à mille lieues d’un standard MARVEL, même au sein de la ligne MARVEL EDGE (seule à la rigueur la mini TYPHOID par NOCENTI et VAN FLEET a atteint de tels sommets  » adultes « , même s’il s’agit de tout autre chose). Certaines planches sont répugnantes à souhait et on comprend aisément que MARVEL ait décidé d’arrêter là cette série, le ton de l’ouvrage ne correspondant pas, au vu des ventes du titre, à ce qu’attendaient les lecteurs gavés de ROB LIEFELD et autres JIM LEE.

La rédactrice MARIE JAVINS va donc devoir annoncer la mort dans l’âme à ELLIS et MANCO la requalification de DRUID en mini série de quatre épisodes.  On comprend la rage du scénariste qui s’était énormément investi dans le projet et qui allait même proposer des essais sur le druidisme dans le courrier des lecteurs .Sa frustration, se lit d’ailleurs dans  le titre de son dernier épisode : SICK OF IT ALL ! (MARRE DE TOUT CA ! )

 

Il lui faut donc conclure tout ce qu’il avait commencé à assembler en vingt quatre pages seulement, et il va décider d’employer la manière forte en pulvérisant tout sur son passage.

Suite à l’extermination pure et simple de la confrérie SECOND ASSEMBLY, NEKRA, pour remercier le cher docteur, va le suivre dans sa chambre et déclencher le fameux GEIS, la malédiction suspendue telle une épée de DAMOCLES au dessus de la tête du héros.  ! En effet, les termes du GEIS (que bizarrement NEKRA connaissait parfaitement) interdisent à DRUID de coucher avec une sorcière.

La trahison de NEKRA pour le compte d’un mystérieux individu (on pense tout de suite aux leaders de DRY ACADEMY ) va pousser DRUID à commettre des actes irréparables. Sentant ses pouvoirs le quitter, il va offrir ses assistants en sacrifice à ses dieux afin de regagner sa puissance.

Dans un déchaînement de violence, il va clouer littéralement HEWINGWAY à son chêne sacré, devenant ainsi plus puissant qu’il ne l’a jamais été. Alors qu’il projette de garder NEKRA comme sa prisonnière, cette dernière est tuée par l’un des membres de THE DRY ACADEMY qui s’était introduit dans la résidence de LUDGATE.

DRUID va facilement se débarrasser de l’intrus et va utiliser ses pouvoirs afin de déclencher un soleil nucléaire sur TUNGUSKA, envoyant ad patres toute la confrérie.

Bien mal lui en a pris : la réalité commence alors à se dissoudre, et LUDGATE comprend que la légende était réelle : THE DRY ACADEMY servait bien à masquer l’ horreur de notre monde !

DRUID est perdu, il ne sait plus quoi faire !

En plus, il ne reste que deux pages à ELLIS pour se sortir de cette galère !

Il va donc nous proposer un DEUS EX MACHINA assez brutal, en la personne de DAIMON HELLSTORM, qui va tout expliquer en trois cases.

L’augmentation de pouvoir de DRUID n’est évidemment pas passé inaperçue, et HELLSTORM a envoyé NEKRA sur Terre pour tester LUDGATE et savoir s’il savait utiliser ses pouvoirs de manière réfléchie et mature. Le test étant raté , DRUID ayant fait n’importe quoi avec ses pouvoirs, HELLSTORM le supprime tout simplement, réduisant son corps en poussière ! Pas d’inquiétude non plus pour la DRY ACADEMY, qui n’ été que ralentie pendant un instant. Les choses reprennent donc leur cours normal et ELLIS finit de démolir son personnage avec une dernière phrase qui est loin d’être dénuée de tout sens :  » plus tard, ils brûlèrent son corps dans une poubelle ! « .

MARVEL a décidé de mettre la série DRUID à la poubelle : il le réalisera donc littéralement.

ELLIS fait en sorte de terminer la série sur une énorme surprise mais insiste lourdement pour que personne ne touche à son personnage. (Il est en fait apparu quelques temps plus tard sous forme de FANTOME, mais c’est tout…)

Le courrier des lecteurs de ce numéro est particulièrement intéressant : MARIE JAVINS explique que les ventes ont poussé a arrêter la série beaucoup plus tôt que prévu et s’excuse auprès de lecteurs et de WARREN ELLIS de ne pas avoir pu publier ses essais sur le druidisme. On sent bien la rédactrice assez écœurée par l’arrêt brutal de DRUID, tant et si bien qu’à la toute dernière ligne, elle annonce qu’elle arrête son travail d’éditeur pour se consacrer uniquement à la colorisation. (On  la retrouvera d’ailleurs sur beaucoup de titres MARVEL ).

Fait intéressant, comme si JAVINS voulait rajouter de l’huile sur le feu,  la voilà qui dans les dernières lignes de son éditorial conseille aux lecteurs qui ont été DRUID de jeter un œil sur une publication DC, à savoir PREACHER ! C’est un fait assez rarissime pour être signalé.

Pour résumer, DRUID partait sur d’excellentes bases et on sentait WARREN ELLIS très impliqué dans ses histoires et la mythologie druidique. En dépit d’un côté peut être un peu trop gore et provocateur, les thèmes développés sont excellents et la maestria de LEONARDO MANCO, avec un style très griffonné et beaucoup moins clair qu’à l’accoutumée explose à chaque page. LEONARDO MANCO restera dans le giron MARVEL mais n’aura pas beaucoup de chance non plus puisqu’il signera les parties graphiques de WEREWOLF BY NIGHT (arrêt au sixième épisode avec PAUL JENKINS au scénario) et du regretté DEATHLOCK avec JOE CASEY (arrêt au neuvième épisode). Entre temps, il signera un one-shot avec PETER MILLIGAN , ARCHANGEL, PHANTOM WINGS et finira son travail MARVEL par un annual AVENGERS dans les années 2000. Il travaille depuis chez VERTIGO où il a repris la partie graphique du titre HELLBLAZER. Il a récemment assuré les dessins de la série WAR MACHINE chez MARVEL, qui s’est très vite arrêtée.

WARREN ELLIS quant à lui a rapidement compris qu’il ne pourrait pas réussir chez MARVEL en livrant des histoires provocantes , il se contentera donc de ressusciter le titre THOR devenu moribond avec MIKE DEODATO pour quelques épisodes et de raconter les aventures du groupe mutant EXCALIBUR. Il créera ensuite le personnage de SPIDER JERUSALEM chez VERTIGO et AUTHORITY chez IMAGE dont certains prémices peuvent se retrouver dans DRUID ! Je ne m’attarde pas plus sur la carrière de ce scénariste d’exception, mais il est quand même intéressant de découvrir cette série qui est l’ un de ses premiers travaux pour la maison des idées.

La découverte de ce titre a été une véritable claque pour moi qui pensais que MARVEL n’avait jamais réellement osé produire des titres dans la lignée de VERTIGO. Force est de reconnaître simplement que c’est son lectorat qui n’a pas suivi.

Si vous tombez dessus, n’hésitez surtout pas, car c’est une excellente bande dessinée. On pourra aussi conseiller la série HELLSTORM: PRINCE OF LIES des mêmes auteurs

 

 

DRUID (c) MARVEL COMICS.

 

 

 

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s