Dr Strange (critique sans spoiler).

DR STRANGE
Sorti le 26/10/2016
Réalisé par Scott Derrickson avec Benedict Cumberbatch, Mads Mikkelsen, Rachel Mc Adams, Chiwetel Ejiofor, Tilda Swinton

Jusqu’à présent, les films estampillés Marvel Studios ont toujours réussi leur coup. Proposant la plupart du temps du divertissement tout public, bien balisés par la tripotée de producteurs estampillés Disney; j’ai toujours trouvé du plaisir à aller les voir, même si la recette s’avère toujours un peu la même à savoir une histoire basique et une réalisation sans trop de panache. C’est en tout cas toujours assez bien fichu pour qu’on ressorte de la salle en se disant qu’on n’a pas vu le film de l’année, que cela ne révolutionnera pas le cinéma mais qu’on a passé un bon moment. Pour certains films, mon petit cœur de collectionneur de comics a même vibré (ah Captain America 2 et 3) ! Il y a même eu de bonnes surprises, comme Ant-Man ou les Gardiens de la Galaxie, qui ont réussi à mettre au goût du jour des succès avec des personnages la plupart du temps boudés voire inconnus des lecteurs. Exception faite du plus que raté Iron Man 3, on sait toujours ce que l’on va trouver en regardant un film Marvel Studios. Pas d’originalité mais une histoire correcte, construite un peu toujours sur les mêmes schémas, de l’humour bon enfant et des scènes tout public, bien choisies pour plaire à un public international (comme les trois sanctum sanctorum placés à New York, Londres et Pékin).
C’est donc avec confiance que je suis allé voir Dr Strange, rassuré par la présence de Benedict Cumberbatch (acteur pour lequel je n’ai pas vraiment d’appétence mais que j’ai trouvé plutôt bon dans Sherlock et dans le biopic sur Alan Turing) et de Tilda Swindon.
Pour ceux qui habiteraient sur la lune, voici un bref résumé du début du film.
Le Dr Strange est un brillant neurochirurgien imbu de lui-même, cherchant les feux de la rampe et les projecteurs à la moindre intervention chirurgicale. Un jour, un accident de voiture lui fait perdre le contrôle de ses mains. Ne pouvant plus opérer et voyant sa carrière détruite, il erre de guérisseur en guérisseur et atterrit finalement dans l’Himalaya à la recherche d’un fameux « ancien » qui pourra lui redonner l’usage de ses membres. L’ancien va lui apprendre la magie et lui faire découvrir de nouveaux plans de la réalité. Devenu un apprenti-sorcier, Strange va devoir affronter Kaecilius, un ancien disciple de l’ancien qui veut détruire l’univers!

A la sortie de la salle, je dois reconnaître que je suis extrêmement déçu. On est très loin de la réussite fun et colorée de Captain America : Civil War et je trouve que le film rate pas mal d’enjeux, même si encore une fois, c’est tout à fait regardable. Il faut dire que le défi était de taille : le réalisateur et ses scénaristes devaient encore une fois nous proposer une « origin story » qui ressemble beaucoup à celle de Tony Stark (Iron Man), à savoir quelqu’un de très brillant dans son champ de compétence et qui, à la suite d’un accident, doit apprendre l’humilité et construire quelque chose de nouveau. Du coup, on a l’impression que l’on a déjà vu ça de nombreuses fois et effectivement, Derrickson n’arrive pas à rendre l’histoire originale. On s’ennuie donc un peu et le fait que Cumberbatch soit dès le départ un personnage détestable n’arrange pas les choses. Je pense que le problème réside aussi dans le choix de l’acteur, qui se trouve être une erreur de casting. En effet, Cumberbatch est totalement transparent et n’arrive pas à donner le change, contrairement à ce que pouvait faire Robert Downey jr. De fait, les quelques vannes ne passent pas et on a même l’impression que Cumberbatch lit son texte sans en faire plus. Il n’est pas le Docteur, juste un acteur qui joue son rôle.
Autre enjeu de taille : nous proposer un autre pan de l’univers Marvel et délaisser le côté technologique pour une approche du monde de la magie. Sur ce point, le réalisateur arrive parfaitement à se démarquer de l’esprit des films Marvel précédents, proposant une esthétique et des effets spéciaux très réussis qui empruntent beaucoup plus au dessinateur Steve Ditko (créateur de Strange). La première balade de Strange dans les univers parallèles est visuellement très impressionnante. Le personnage de l’ancien est sympathique, tout comme le Baron Mordo, nemesis de Strange dans la bande dessinée et qui a ici un rôle beaucoup plus complexe de magicien un peu coincé ne faisant jamais de compromis avec les règles. On commence donc à se prendre au jeu mais quelques blagues mal amenées nous ramènent trop vite sur terre et c’est bien dommage. Je n’ai rien contre l’humour et la légèreté des films Marvel, mais j’ai trouvé ici que le comique de situation et les punchlines étaient très forcées, sentiment renforcé par l’interprétation fade de l’acteur principal. Le film tourne même à la farce totale lorsque le docteur découvre sa fameuse cape de lévitation. On se croit alors en plein dessin animé Disney, du style Aladin ou encore l’apprenti sorcier. Tout le passage (premier combat entre Strange et Kaecilius) est d’ailleurs intégralement placé sous le signe de l’humour et du burlesque, que ce soit dans les dialogues ou dans les armes utilisées pour se battre. Encore une fois, cela n’aurait pas été un réel problème si le film nous avait préparé à cela ou si c’était réutilisé plus tard mais non. On a réellement l’impression que le réalisateur a passé la main durant cette quinzaine de minutes à son assistant, qui a décidé de faire totalement autre chose !
Le vilain est totalement raté. Cela devient une habitude (on peut prendre quasiment n’importe lequel des films Marvel) et c’est quand même assez pénible. Il n’a aucune motivation, aucun relief et si son look est plutôt sympathique, on se moque totalement de ce qu’il peut faire ou de son plan, incompréhensible quand on y réfléchit deux secondes.
Après, les combats sont jolis, avec des effets spéciaux empruntant à Dark City, Matrix et Inception mais le montage un peu rapide peut parfois les rendre un peu brouillon.
Le problème le plus important dans le film est aussi celui de la temporalité, ce qui est assez paradoxal (ceux qui ont vu le film comprendront) ! En effet, on ne sait pas très bien combien de temps Strange apprend la magie chez l’ancien, pourquoi Kaecilius décide après la formation de Strange d’attaquer alors qu’il aurait pu le faire au moins deux mois plus tôt, comment le héros passe d’apprenti doué à sorcier suprême, c’est assez confus et pose pas mal de soucis.
Le « boss de fin de niveau » est quant à lui d’une laideur absolue ! C’est assez consternant, avec de l’image de synthèse pas vraiment jolie qui fait immédiatement penser au Galactus de Fantastic Four 2, c’est vous dire ma déception, surtout qu’il y avait moyen de faire autre chose en s’inspirant de la bande dessinée originale!
Pourtant, le film a le mérite de proposer un combat final résolu de manière plutôt originale, sans une grande débauche de coups de poings ou d’effets spéciaux. C’est assez novateur pour ne pas être ignoré.
Pour conclure, vous aurez remarqué que je n’ai pas parlé de Rachel Mc Adams qui joue l’intérêt amoureux de Strange. Tout simplement parce que son personnage n’est absolument pas développé et ne sert strictement à rien dans le cadre de l’intrigue. Il s’agit au mieux d’un relief comique, placé là pour dire que Strange a quelques remords, qui non seulement ne comprend rien à ce qui se passe, mais n’agit pas non plus ! Le film et l’histoire de Strange aurait été exactement les mêmes sans ce personnage et c’est dommage car Mc Adams est loin d’être mauvaise. Elle aurait certainement permis de donner un peu d’humanité au personnage.
Pour conclure, Dr Strange n’est pas un film mauvais, il se regarde, on ne s’ennuie pas trop et les effets spéciaux sont vraiment réussis (à voir au cinéma) mais le personnage principal est très fade, les méchants ratés et le film a du mal à se positionner entre sérieux et comédie. Pour ma part, cela reste quand même l »un des films Marvel les moins réussis. C’était pourtant pas sorcier !!!!

PS: Attention, il y a deux scènes post-génériques. Une au milieu et une à la fin. Si la première n’a pas grand intérêt, le deuxième est assez incongrue avec le destin d’un personnage qui prend un tour très radical et mal fichu !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s